Copyright 2015 Saga Degroof

  • Wix Twitter page

Chapitre 6.  A qui appartenait Mupagemo

La société Mupagemo qui était la holding de contrôle de la Banque Degroof  appartenait à mon grand oncle Jean Degroof décédé en 1969 dont mon grand-père hérita.

 

Toujours en 1969, mon grand-père fit don des 32000 actions de cette société (100% du capital) à ses 2 fils, Marcel et Jean-François.

 

Quelques mois après, en aout 1970, le capital de Mupagemo fut augmenté de 70 millions de francs belges (14000 actions) par la filiale de la Banque Degroof IMOFIG qui souscrit pour un groupe pour lequel elle se portait fort. Mon Oncle Marcel Degroof était à la manœuvre et mon père fut considérablement abusé et floué puisque l’augmentation se fit à la valeur nominale et Marcel Degroof n’a jamais voulu fournir d’explication, sa mémoire lui faisait défaut. Pendant la période ou mon père fut actionnaire de Mupagemo, il n’en perçut même pas les dividendes…qui furent de 50 millions de francs.

 

Depuis les années 1950 et jusqu’au milieu des années 1970, Mupagemo rachetait systématiquement les parts dans la scs Banque Degroof des commanditaires de la famille Philippson/Goldschmidt à leurs décès, pour en arriver à détenir 83% des parts de la Banque Degroof en 1973.

 

Marcel Degroof détenait 29600 actions de Mupagemo donc environ 55%. Il était l’actionnaire majoritaire de la Banque Degroof jusqu’en 1998, date à laquelle il vendit ses actions au management de la banque Degroof et aux financiers comme l’écrit Alain Siaens dans son livre « Une Saga belge » à la Page 299. Au même moment, la compagnie du Bois sauvage entra dans le capital de la banque.

 

Comme je l’ai expliqué dans le passé, la structure de Mupagemo était truffée de sociétés panaméennes dont Marcel Degroof était l'artisant, raison pour laquelle Mupagemo fut dissoute. En plus de la panameenne ROBUR CORPORATION, il y avait : ROCONA INVESTMENT, BOSTON TECHNOLOGY, PHIGINA et encore d'autres.. avec toujours les directeurs habituels.

 

Dans le prochain chapitre (prévu en février), je détaillerai le passé sulfureux de l'actionnariat de la Banque Degroof et ses secrets ainsi que l'énorme manque à gagner pour le fisc belge de ces quarantes dernières années. Et qui continue encore aujourd'hui... Et en plus il y aura une action !